Menu
Beauté / Santé

Bienfaits et méfaits du soleil pour notre peau et notre santé ?

Chaque été, nous voyons fleurir les recommandations vis-à-vis de l’exposition de notre peau au soleil… Mais qu’en est-il vraiment ? Regardons ensemble les bienfaits et méfaits du soleil sur notre organisme.

D’un côté, le soleil est accusé d’accélérer le vieillissement prématuré de la peau, et dans des cas plus graves, de causer des cancers

D’un autre côté, le soleil a aussi des impacts positifs sur notre santé. C’est un formidable antidépresseur ! La chaleur et la luminosité agissent positivement sur notre organisme, et en particulier sur notre cerveau. De plus, sous l’action du soleil, la peau synthétise la vitamine D, vitamine essentielle, notamment pour notre système osseux et immunitaire.

Dans cet article, je vous propose de décortiquer ensemble les phénomènes liés à l’action du soleil sur notre corps, pour ainsi évaluer la balance bénéfices/risques.

Commençons tout de suite par une petite présentation de notre peau et de ses différentes couches.

1. Anatomie et physiologie de la peau

La peau est l’organe le plus étendu du corps humain. Elle est formée de 3 couches, assurant chacune des fonctions différentes :

  • L’épiderme est la partie supérieure de la peau, elle a un rôle de protection.
    Il nous protège vis-à-vis de l’extérieur : des chocs (grâce à la Kératine), du soleil (grâce à la Mélanine) mais aussi de la pollution et des microbes.
  • Le derme, la couche intermédiaire, joue un rôle de soutien et de nutrition.
    Cette couche est très riche en fibres d’élastine et de collagène, ce qui confère à la peau sa solidité, sa souplesse et son élasticité (en bref, sa « jeunesse »). Une mauvaise hygiène de vie (tabagisme, soleil excessif, mauvaise alimentation) accélère le processus naturel de vieillissement de la peau.
    C’est dans le derme également que se trouvent la plupart des éléments annexes de la peau (les poils, les glandes sudoripares qui fabriquent la sueur, et les glandes sébacées qui fabriquent le sébum) et les vaisseaux sanguins qui apportent nutriments et cellules de défense. Enfin, le derme renferme des terminaisons nerveuses sensitives qui font de la peau l’organe du toucher.
  • L’hypoderme est la couche la plus profonde. Elle a un rôle de réserve énergétique, de protection et de thermorégulation. Elle est constituée de tissus graisseux (tissus adipeux) qui permettent le stockage des graisses. Ces graisses peuvent être mobilisées sous forme d’énergie en cas d’effort intense ou prolongé. Elles assurent également le rôle d’isolant thermique et sont aussi responsables de la silhouette dite « féminine ».

2. Comprendre les bienfaits et méfaits du soleil sur notre organisme

Méfaits du soleil sur notre peau

Au soleil, nous sommes exposés à deux types de rayons UV. Pour simplifier, retenons que :

  • Les UVB atteignent l’épiderme (la première couche de la peau). Ce sont les principaux responsables du bronzage et des « coups de soleil ».
  • Les UVA pénètrent plus profondément et atteignent la couche intermédiaire, le derme. Les UVA dégradent le collagène (« allié » de la jeunesse de notre peau) et favorisent la production de radicaux libres, toxiques pour notre corps. De cette manière, ils favorisent le vieillissement prématuré de la peau avec l’apparition de taches, un amincissement de la peau et l’apparition de rides 10 à 20 ans après les expositions.

Les UV (UVA et UVB) peuvent induire des lésions dans l’ADN de nos cellules, pour des doses inférieures à celles déclenchant un coup de soleil. En principe, notre organisme est bien fait et possède un « système d’auto guérison » qui permet de réparer les dommages sur l’ADN. Mais ce mécanisme peut vitre être débordé si l’exposition au soleil est trop intense et/ou répétée. Cela peut alors favoriser des mutations qui peuvent conduire, à long terme, à la formation de cellules cancéreuses. En se multipliant, ces cellules anarchiques pourront former une tumeur de type carcinome ou mélanome.

Nous venons de voir les méfaits possibles du soleil lorsque l’exposition est excessive. En réalité, nous ne partons pas tous avec le même « capital soleil ».

N’hésitez pas à lire cet article pour préserver au mieux votre capital soleil et vous exposer sans danger.

Nous ne sommes pas égaux face au soleil

Notre peau dispose d’un système + ou moins performant, suivant chaque personne, pour se protéger des rayons UV…  Pour bien comprendre ce mécanisme, revenons plus en détail sur la couche supérieure de la peau : l’épiderme.

L’épiderme contient 2 types de cellules, qui vont toutes deux jouer un rôle dans la protection de la peau, face aux UV.

Les kératinocytes, mélanocytes et production de mélanine

L’épiderme est un « tapis roulant » de cellules (les kératinocytes), qui se forment sans cesse à sa base (la couche basale) et remontent progressivement à la surface de la peau.

Au niveau de la couche basale, on trouve également un autre type de cellule : les mélanocytes. Ces derniers produisent la mélanine, un pigment responsable de la couleur de la peau (mais aussi des cheveux et de l’iris) qui bloque les rayons du soleil. Les mélanocytes ne migrent pas à la surface de la peau comme les kératinocytes mais vont « larguer » la mélanine qu’ils produisent et la « transmettre » à leurs petits copains, les kératinocytes. C’est un peu comme une course de relais avec la transmission du bâton témoin, la mélanine. Les kératinocytes absorbent la mélanine et continuent leur ascension. Arrivée à la surface de la peau, la mélanine contenue dans les kératinocytes, se répand et forme un bouclier + ou – fort contre les UV, suivant chaque personne.

Là où réside la différence de taille, c’est que nous ne produisons pas tous le même type de mélanine. En effet, il existe 2 formes de mélanines :

  • La Phéomélanine : pigment colorant de jaune à brun foncé : protection peu efficace contre les UV, produit par les personnes à la peau très claire à claire avec parfois des taches de rousseur, des yeux bleus et des cheveux blonds, roux ou châtain clair.
  • L’eumélanine : pigment colorant brun rouge à noir foncé qui neutralise les UV, produit par les personnes à la peau mate ou noire et aux yeux et cheveux foncés.

On comprend maintenant pourquoi les peaux plus foncées bronzent plus facilement que les peaux claires, qui elles, prennent rapidement des coups de soleil. L’OMS a déterminé une classification qui définit les différents types de peau, qu’on appelle également « phototypes ».

Connaître votre phototype vous permet de mesurer votre niveau de risque dû au soleil. Plus votre phototype est faible et plus il faut vous préserver du soleil. Il est toutefois recommandé de s’en protéger même avec un phototype élevé : personne n’est à 100 % à l’abri des cancers de la peau.

Voici un tableau qui regroupe les 6 phototypes différents, avec des recommandations adaptées pour chacun. Suivant votre phototype, choisissez une protection solaire adaptée.

tableau phototype

Si vous hésitez encore entre les différents filtres solaires (chimiques vs minéraux) et les différents SPF, vous pouvez consultez le guide des tests de crèmes solaires sur le blog de Tanush Grice.

Bienfaits du soleil sur notre organisme

Le soleil a de nombreux effets positifs sur notre corps. Parmi eux, nous pouvons citer :

Amélioration de l’humeur et de nos rythmes

  • L’amélioration de l’humeur : la lumière stimule la libération de neurotransmetteurs, comme la sérotonine par exemple, intervenant dans la régulation de l’humeur, du sommeil et de l’appétit.
  • La synchronisation de notre horloge interne : cycle veille/sommeil, nécessaire pour un sommeil réparateur mais aussi pour le bon fonctionnement de notre métabolisme, notre système immunitaire, cardiovasculaire etc.

Productions de la vitamine D, alliée de notre organisme

La production de la vitamine D, indispensable pour une bonne minéralisation osseuse ainsi que pour le bon fonctionnement de notre système immunitaire (tellement d’actualité avec l’épidémie de Covid-19 !)

Une faible partie de la vitamine D s’acquiert par voie alimentaire: beurre cru, jaune d’œuf, poissons gras et huile de foie de morue. Mais la principale source de vitamine D est synthétisée par la peau, à partir d’un dérivé du cholestérol, par l’activation des UVB.

En principe, dans le cadre d’une alimentation diversifiée, de courtes expositions au soleil (5 à 10 minutes, 2 à 3 fois par semaine lors d’une journée ensoleillée d’été) d’une petite partie du corps (visage et avant-bras) suffisent à une synthèse optimale de vitamine D, pour une personne de peau claire. (Les personnes de peau mates à foncées devront s’exposer un peu plus longtemps pour en produire suffisamment).

Il est inutile de s’exposer davantage dans le but de produire + de vitamine D car celle-ci sera détruite par le corps, par un mécanisme d’auto-régulation (s’il y a surdosage, la vitamine D devient toxique).

En pratique, on observe de nombreuses personnes carencées en vitamine D.

Plusieurs hypothèses sont avancées pour expliquer ce phénomène. Certaines régions sont peu ensoleillées, on travaille de plus en plus « enfermé ». D’autre part, on a longtemps fait la guerre au cholestérol (indispensable à la production de la vitamine D) et la synthèse de la vitamine D dépend aussi de 3 organes qui ne sont pas toujours en forme avec l’âge : la peau, les reins et le foie.

Il peut être intéressant d’en parler avec votre praticien de santé pour éventuellement réaliser un dosage de vitamine D pour savoir où vous situer, et éventuellement, prendre un complément. Pour le taux sanguin, vous devez être au-dessus de 30 ng/l, et idéalement au-dessus de 50 ng/l. Cette information est bien entendu à individualiser, et à moduler à la lumière de l’état de santé de chaque personne (immunité fragile, cancer, ostéoporose, etc.).

3. Conclusion sur les bienfaits et méfaits du soleil

Le soleil, avec ses rayons UV, favorise la production naturelle de vitamine D, indispensable à une bonne santé osseuse et à un système immunitaire performant. De plus, sa luminosité joue un rôle essentiel sur notre bien – être.

Malgré ses effets bénéfiques, le soleil exerce un grand nombre d’actions qui peuvent être délétères si l’exposition est excessive : coups de soleil, photoviellissement et risque accru de développer un cancer cutané. 

Nous l’avons vu, notre peau dispose de moyens de protections naturels + ou – performants, suivant notre phototype, pour faire barrière aux UV. Ainsi, nous ne partons pas tous avec le même capital soleil : les phototypes clairs s’adaptent moins bien et ont besoin de plus de protection que les autres… Mais attention, même si à l’origine, on part avec un bon capital (phototype foncé), cela n’empêche pas de l’épuiser à force d’expositions répétées et d’un mode de vie non adapté. Un peu comme un compte en banque : il peut être bien garni au départ mais cela n’empêche pas de tout dépenser !  Tout est question d’équilibre…

L’éducation solaire reste encore le meilleur moyen d’agir. Chacun doit comprendre comment préserver au mieux son patrimoine solaire afin de profiter du soleil en toute sécurité. 

Pour préservez la jeunesse et la beauté de votre peau et obtenir des conseils personnalisés, n’hésitez pas à prendre RDV.

Les conseils généraux donnés dans cet article ne peuvent se substituer à une vraie consultation avec un naturopathe ou à un RDV avec son médecin généraliste ou dermatologue.

Sources :
Institut national du cancer

Dermato-info
Santé Publique France

Livre : Le TORTORA (5e édition) par le Professeur de Biologie, Gerard J Tortora