Menu
Santé

Le cycle féminin

Chaque mois, le corps de la femme en âge de procréer évolue, avec des modifications cycliques au niveau de ses hormones, ses ovaires et son utérus : c’est le cycle féminin.

En théorie, un cycle dure environ 28 jours (la durée peut varier d’une femme à l’autre). Au cours de ce cycle, un ovocyte sera formé et permettra une éventuelle grossesse (si l’ovule est fécondé au bon moment par un spermatozoïde).

Si vous n’êtes pas tout à fait à l’aise avec les notions d’anatomie féminine, n’hésitez pas à lire, en préambule, cet article consacré au sujet (pour bien comprendre : ovaire, utérus, membrane utérine, fécondation, etc.)

I. Le cycle féminin en quelques mots

A partir de la puberté jusqu’à la ménopause, la femme va connaître des modifications cycliques.

Par convention, le cycle débute le 1er jour des règles (les menstruations durent + ou – 5 jours) et se termine environ 28 jours après.

La phase folliculaire

La première partie du cycle s’appelle la phase folliculaire. Durant cette phase, un follicule dominant va se développer et mûrir dans l’un des deux ovaires. Ce processus se déroule sous l’action de différentes hormones, sécrétées par le cerveau.

L’ovulation

En milieu de cycle (théoriquement le 14e jour), le follicule dominant, qui contient l’ovocyte, va se rompre. L’ovocyte sera expulsé en dehors du follicule, c’est l’ovulation. La femme est particulièrement fertile pendant cette période.

La femme est fertile les derniers jours de la phase folliculaire, juste avant l’ovulation (environ 3 jours), et environ 24 heures après l’ovulation. La durée de vie d’un spermatozoïde est d’environ trois jours. Ainsi, la fenêtre de fertilité dure théoriquement 4-5 jours.

La phase lutéale

La dernière partie du cycle correspond à la période entre l’ovulation et le début des menstruations suivantes, on l’appelle la phase lutéale. Après l’ovulation, le follicule éclaté se transforme en corps jaune et sécrète des hormones. S’il y a eu fécondation, le corps jaune persiste. Si la fécondation n’a pas eu lieu, le corps jaune régresse et la production d’hormones chute brutalement. Cette chute hormonale brutale provoquera les règles. Un nouveau cycle commence…

Je viens d’exposer de manière très simplifiée les phases du cycle féminin. En réalité, c’est un petit peu plus complexe que cela. Si vous êtes curieux(se) d’en apprendre davantage, alors les paragraphes suivants devraient vous intéresser…

Schéma cycle menstruel de la femme

Pour bien comprendre le cycle féminin, il faut avant tout comprendre qu’il y a, à tout moment du cycle, 3 niveaux de lecture :

  • Au niveau du cerveau, des hormones sont sécrétées, retenons en particulier la GnRH, FSH et LH : ce sont des messagers chimiques qui indiquent à notre corps comment fonctionner. Ces hormones envoient des informations aux ovaires.
  • Au niveau des ovaires : en réponse aux hormones sécrétées par le cerveau, les ovaires vont faire grandir un follicule (qui contient le futur ovule) et vont se mettre à leur tour,  à sécréter des hormones : en particulier les œstrogènes et la progestérone. Ces deux hormones vont avoir un impact sur la muqueuse utérine.
  • Au niveau de la muqueuse utérine : en réponse aux différentes hormones produites par les ovaires, la muqueuse utérine va se modifier. Tantôt elle se délabre (pendant les règles), tantôt elle prolifère et se développe pour accueillir un éventuel embryon et se préparer à une potentielle grossesse.

 Revenons plus en détail sur chaque phase du cycle, en tenant compte des 3 niveaux de lecture…

II. Les Phase du cycle féminin en détail

1. La Phase folliculaire

Les menstruations

La phase folliculaire débute avec les menstruations (ou les règles) et dure environ 5 jours. Les menstruations surviennent suite à la chute du taux d’hormones ovariennes (œstrogènes et progestérone), à la fin du cycle précédent.

  • Evénement utérin : la muqueuse utérine se délabre, les vaisseaux qui la parcourent se rompent. L’endomètre est très fin à ce stade.

La période pré-ovulatoire

La période pré-ovulatoire correspond au laps de temps entre la fin des menstruations et l’ovulation. Cette période est la phase du cycle la plus variable en durée : elle dure de 6 à 13 jours. Cette variation est principalement responsable de la durée totale du cycle.

Durant cette période, le cerveau sécrète des hormones, qui vont stimuler la croissance d’un follicule dominant et la sécrétion d’œstrogènes par ce dernier.

  • Hormones en action sécrétée par le cerveau : Au niveau du cerveau se trouve une petite glande : l’hypothalamus. Il sécrète l’hormone de libération gonadotropique (GnRH) et contrôle le cycle ovarien et utérin. La GnRH va à son tour stimuler une autre glande dans le cerveau : l’hypophyse. C’est l’hypophyse qui sécrète l’hormone star de phase folliculaire : la FSH (Hormone FolliculoStimulante).
    Retenons qu’au niveau du cerveau :
    Sécrétion GnRH => libération FSH => stimulation des ovaires (croissance folliculaire).
  • Evénement ovarien : sous l’influence de la FSH, un des follicules présent dans les ovaires, va poursuivre son développement et sa croissance, on l’appelle le follicule dominant. Il va sécréter des hormones et en particulier des œstrogènes (autre hormone star dans cette phase).
  • Evénement utérin : Les œstrogènes, libérés dans le sang par le follicule dominant, stimulent la croissance et la réparation de l’endomètre. Les cellules se multiplient et l’endomètre s’épaissit peu à peu (dans le but d’accueillir un éventuel embryon).

L’ovulation :

L’ovulation correspond à la rupture du follicule mûr qui libère l’ovule dans l’une des deux trompes utérines. Pour un cycle de 28 jours, l’ovulation survient habituellement le 14e jour du cycle.

  • Evénement ovarien : On l’a étudié précédemment, le follicule en croissance sécrète des œstrogènes. Plus il grandit et mûrit, plus il en sécrète. A un moment, la haute concentration en œstrogènes va exercer un rétrocontrôle positif sur les cellules du cerveau.

Je m’explique : dans la période pré – ovulatoire, nous avons vu la relation suivante :

Production d’hormones GnRH et FSH, dans le cerveau => induit production d’œstrogènes par le follicule, dans l’ovaire.

La nature et le corps sont bien faits, le cerveau peut envoyer des messages aux ovaires MAIS les ovaires peuvent aussi faire un « feed-back » au cerveau ! On a donc bien un lien de communication cerveau => vers ovaire et aussi ovaire => vers cerveau … et la boucle est bouclée !

(A noter, il existe aussi dans le cycle féminin un rétrocontrôle négatif qui permet de freiner la sécrétion d’hormones et ainsi réguler le cycle).

  • Hormones en action sécrétées par le cerveau : Ici, le taux élevé d’œstrogènes va stimuler la libération de GnRH : c’est le rétrocontrôle positif. La GnRH favorise la libération de FSH et surtout d’une grande quantité de LH (Hormone Lutéinisante), par l’hypophyse. La LH est l’hormone star de l’ovulation. Grâce au pic de LH, l’ovulation a lieu : le follicule se rompt et l’ovule est expulsée (environ 36h après le pic de LH). Si un rapport sexuel a lieu à proximité de l’ovulation, une grossesse pourra débuter.

Parfois, on peut ressentir une petite douleur pendant l’ovulation (à cause justement de la rupture du follicule). Les signes et symptômes de l’ovulation sont : augmentation de la température corporelle, production d’un mucus cervical clair et collant, modification du col utérin et des douleurs abdominales.

Si l’on souhaite connaître sa période d’ovulation (lorsque la femme est la + fertile), on peut observer tous les éléments cités juste avant ou pratiquer un test urinaire d’auto-détection du pic de LH et ainsi prédire, un jour à l’avance, l’ovulation.

2. La Phase lutéale ou phase post-ovulatoire

La phase lutéale est la période entre l’ovulation et le début des menstruations suivantes. C’est la phase la plus constante du cycle féminin en termes de durée. Elle dure 14 jours pour un cycle de 28 jours.

  • Hormones en action sécrétée par le cerveau : durant cette période c’est surtout la LH qui est sécrétée. Elle stimule la croissance du corps jaune, d’où son nom Hormone Lutéinisante (luteus signifie « jaune » en latin).
  • Evénement ovarien : après l’ovulation, le follicule rompu s’écrase sur lui-même et devient le « corps jaune ».  Celui-ci sécrète des hormones et en particulier des œstrogènes et de la progestérone. La progestérone coopère avec les œstrogènes pour préparer la muqueuse utérine.
  • Evénement utérin : Le revêtement de l’utérus s’épaissit sous l’action des œstrogènes et de la progestérone et sécrète du glycogène (une molécule composée de sucre). Tout est prêt pour accueillir une potentielle grossesse.

A partir de ce stade, plusieurs scénarios sont possibles suivant que l’ovule ait  été ou non fécondé.

  • Si l’ovule n’a pas été fécondé, le corps jaune a une durée de vie de 14 jours. Au-delà, il dégénère et ne produit plus les fameuses hormones oestrogènes et progestérone. L’effondrement brutal de ces hormones déclenche le retour des menstruations et l’initiation d’une nouveau cycle.
  • Si l’ovule a été fécondé et s’est implanté dans l’utérus, le corps jaune persiste : il est sauvé de la dégénérescence par l’Hormone Gonadotrophine Chorionique (hCG). Cette hormone est produite par le futur placenta à partir du 8e jour après la fécondation. La présence d’hCG dans les urines sert d’indicateur de grossesse dans les tests de grossesse.
RESUMÉ DES INTERACTIONS HORMONALES AU COURS DES CYCLES OVARIEN ET UTÉRIN
Schéma cycle reproducteur femme

Source :
Livre : Le TORTORA (5e édition) par le Professeur de Biologie, Gerard J Tortora